Le BIM, un outil pour la prévention des risques de chantier

Nos ressources / Nicolas

La maquette numérique accroît l’efficacité sur les projets de constructions. Elle peut aussi être utilisée pour améliorer la sécurité sur les chantiers du bâtiment à différents niveaux.

 

 

Nous vous parlons régulièrement du BIM et de son intérêt croissant dans le secteur du bâtiment ainsi que des liens entre nouvelles technologies et sécurité.

 

La combinaison entre la maquette numérique en 3D d’un projet et l’agrégation dans le temps d’informations compilées en bases de données ne cesse d’ouvrir de nouvelles perspectives.

 

2 publications mettent en avant les opportunités offertes par le BIM en terme de prévention et de sécurité. Il s’agit d’un guide proposé par l’OPPBTP et un autre éditée par l’EGF.BTP.

 

Deux guides assez différents et qui se complètent pour donner une vision large de la thématique.

Bien comprendre ce qu’est le BIM

 

Avant d’aborder le thème de la prévention, le guide de l’OPPBTP accorde une large place à définir le BIM. Elle s’attarde en particulier sur les différents logiciels existants , l’interopérabilité et surtout les coûts. On y apprend que pour un système standard, il faudra compter tout de même sur un investissement de 18500 euros par poste sur les 4 premières années dont 3600 euros/an de licences.

 

Autre point intéressant, le guide propose en annexe un listing des objets 3D d’équipements de travail. Un aspect indispensable pour modéliser les chantiers est en effet de pouvoir intégrer les outils et équipements existants.

BIM et prévention

 

Après cette présentation très complète du BIM, le guide de l’OPPBTP retrace les opportunités qu’il apporte pour la prévention et la sécurité à travers des exemples précis.

 

– Compréhension et visualisation du chantier

– Prise en compte des dimensions du poste de travail

– Intégration de la prévention au fil de la conception

– Modélisation des opérations de levage et d’accès en hauteur

– Diminution des manutention inutiles

– Gestions des co-activités grâce à la  4D

– Détection de collisions et amélioration des conditions de travail

Des exemples concrets

 

Si le guide de l’EGF.BTP est nettement plus concis sur le BIM, il reprend et approfondi les thèmes ci-dessus. Il propose en particulier des exemples très détaillés et in situ et de nombreux retours d’expériences d’acteurs importants du secteur.

 

– Intégrer les risques dès la conception

Sur la tour Saint-Gobain de la Défensense, Vinci a pu anticiper les conditions de travail en hauteur avec le BIM pour réduire les risques et mieux coordonner les équipes.

Même chose à Issy les Moulineaux avec la tour Sequana. Les différents bureaux d’études ont pu travailler ensemble sur des maquettes numérique de la façade pour assurer la sécurité le plus en amont possible.

 

– Organiser la sécurité sur les chantiers

Les capacités d’anticipation qu’offre le BIM vont également permettre une meilleure organisation. Ainsi Vinci France a pu modéliser les déformations des câbles de lignes électriques suivant le vent, la température,… Intégrées au BIM, ces informations permettent de définir un positionnement optimal des grues et de faire les changements nécessaires en fonction des conditions.

 

– Une vision en dynamique de la sécurité

Le BIM centralise au mieux des informations souvent parcellaires. Or les problèmes de sécurité sont souvent le résultat d’un manque d’échange entre les différents acteurs au cours du temps et aux imprévus. Avec une simulation dynamique des différentes phases du chantiers, il devient possible d’anticiper les risques ou la pénibilité des taches. Toutes les équipes peuvent alors réfléchir ensemble à une méthodologie et une organisation la plus sûre possible.

 

– Illustrer les modes opératoires

Le BIM va également permettre de prévisualiser en 3D des étapes de montages complexes et donc de définir les modes opératoires les plus adaptés. C’est ce qu’à pu expérimenter Bouygues TP lors du montage de cages complexes en ferraillage pour minimiser la pénibilité tout en assurant la faisabilité du projet.

 

 

Le guide de l’EGF.BTP fourmille d’autres exemples détaillés qui viennent illustrer très concrètement les avantages du BIM pour la prévention et la sécurité. Grâce à ces deux ouvrages, tous les acteurs du bâtiments peuvent comprendre comment utiliser la modélisation numérique pour assurer la prévention.

 

Sources d’informations et aussi d’inspiration, ces guides gratuits sont donc à étudier au plus vite pour ceux qui veulent valoriser les nouvelles technologies sur les chantiers.

 

Bon à savoir : Retrouvez ici le guide BIM d’EGF.BTP et ici l’ensemble du dossier de l’OPPBTP

Catégories
Catégories
Newsletter
Inscrivez votre adresse e-mail afin de recevoir notre newsletter !

Publications récentes
Nos ressources
Publications recommandées
Nos ressources